Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Actualités

Soutenance de thèse : Edouard Lanckriet

par Arancha Sánchez - publié le

Le Système d’Innovation Technologique des agroénergies de la canne à sucre, un outil de développement durable au Brésil, quels enseignements pour la formation des politiques liées à la gestion du capital naturel en Afrique de l’Ouest


La soutenance aura lieu le mardi 7 février à 10h30 dans l’amphithéâtre du CIRED.


Résumé


Au Brésil, la canne à sucre sert de matière première à la fabrication de sucre, de carburant, et d’électricité. Ce modèle industriel a permis au pays d’ériger en avantage compétitif la productivité en biomasse de ses sols. Il a été promu en Afrique comme « modèle de développement adapté aux pays tropicaux » mais la majorité des projets d’agroénergies s’est, en Afrique, soldé par un échec. Ce constat pose la question de l’intérêt du modèle au Brésil, du rôle économique des agroénergies dans une stratégie de développement.


Nous analysons le modèle brésilien comme un Système d’Innovation Technologique, le SIT de la canne, dont nous qualifions l’impact sur le développement local de l’économie brésilienne. Nous questionnons la nature durable du mode croissance qu’il stimule puis nous nous intéressons à son histoire. Le SIT de la canne émerge à la fin du XIXème siècle quand les acteurs industriels brésiliens s’organisent pour assurer l’importation, l’adaptation et la diffusion des technologies permettant de diversifier les marchés de la canne à sucre afin d’absorber les écarts de production de la filière et d’en réguler les cours. La filière biocarburant est le fruit de cette stratégie de diversification des marchés de la canne à sucre ; mais son développement a nécessité l’intervention de l’Etat pour financer le système technologique alternatif nécessaire au développement de la filière. Le soutien public a été déterminant dans l’évolution du SIT ; cyclique, il n’a été possible que lorsque les intérêts de l’Etat ont rejoint ceux des producteurs et industriels de la canne. La trajectoire du modèle brésilien s’est ainsi forgée au grès des crises sociales et économiques du pays. Sur une dynamique de long terme, le SIT de la canne a permis au Brésil de former son capital humain à la valorisation du capital naturel, ce qui lui permet aujourd’hui d’expérimenter le virage de la conversion agroécologique du mode de culture de la canne, un mode productiviste compatible avec, non seulement la préservation, mais aussi la régénération du sol. Le Brésil innove ainsi avec l’expérimentation d’un modèle industriel capable de reconstituer le capital naturel.


Notre analyse du modèle brésilien nous permet de formuler une analyse des facteurs d’échecs des projets africains de biocarburant de jatropha et de formuler une proposition pour la structuration d’un SIT des agroénergies adapté aux enjeux de développement de l’Afrique de l’Ouest, que nous proposons d’adosser à la filière alimentaire oléagineuse.