Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Actualités

Séminaire du CIRED : Mehrdad Vahabi (Université Paris 8, Cresppa)

publié le , mis à jour le

Etats prédateurs et leur impact différencié sur le développement économique


Quel est l’incidence de la violence sur le développement économique ? L’ouvrage de Mehrdad Vahabi, « The Political Economy of Predation : Manhunting and the Economics of Escape » (Cambridge University Press, 2016) explore cette question. Par violence, l’auteur entend tant les guerres intra et interétatiques que les pratiques d’Etats prédateurs. Même si l’ouvrage examine l’impact des guerres sur le développement économique en Moyen Orient surtout depuis l’occupation de l’Iraq en 2003, dans cette conférence l’auteur focalisera son intervention sur une autre dimension de son ouvrage, à savoir l’incidence des Etats prédateurs sur le développement.


Pour le faire, l’auteur développe une théorie positive de l’Etat prédateur selon laquelle l’espace étatique n’est pas déterminé par les biens publics ou privés, mais par les actifs captifs ou fugitifs. Un article récent de Vahabi prolonge sa réflexion sur la théorie de l’Etat prédateur : VAHABI M., 2016, « A Positive theory of the predatory state », Public Choice, Vol. 168, Issue 3-4, Sept, pp. 153-175. Après avoir identifié les différentes formes d’Etats prédateurs, Mehrdad Vahabi soulignera l’impact ambivalent de la violence et de l’appropriation forcée sur le développement en s’appuyant sur l’économie politique de l’Iran durant la réforme agraire du Chah (1962-1971) et pendant la hausse spectaculaire des recettes pétrolières sous la République Islamique d’Iran (2005-2013).