Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Actualités

Séminaire du CIRED : Harold Levrel et Antoine Missemer

publié le , mis à jour le

Harold Levrel et Antoine Missemer : L’économicisation de la nature, réalités historiques et mythes contemporains

Il est fréquent d’entendre dans le débat public et scientifique que l’économie, en investissant les sujets environnementaux, a fini par aliéner l’essence même de la nature, vue désormais comme un ensemble de biens, de services et de capitaux à préserver, voire à faire fructifier, sans égard pour les dimensions extra-économiques et symboliques qu’elle revêt. Cette économicisation de la nature s’exprimerait à travers des mécanismes de monétarisation, de privatisation et de marchandisation regrettables. Sans doute ces phénomènes sont-ils bien réels. Ils méritent néanmoins d’être examinés de près pour constater d’une part qu’ils ne sont pas nouveaux dans l’histoire des rapports homme-nature, et pour souligner d’autre part qu’ils entrent en concurrence avec des logiques de dés-économicisation de la nature, qu’il s’agit aussi de prendre en compte aujourd’hui. Notre contribution a donc pour ambition d’éclaircir le débat, en distinguant ce qui relève de la réalité et ce qui relève davantage du mythe dans cette économicisation de la nature, en soulignant que cette dernière n’est ni nouvelle, ni irréversible, ni univoque et qu’elle ne semble pas indéfectiblement liée à l’essor du(néo)libéralisme.