Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Rubrique de services > Projets non retenus > SocioEcoCO2 - Économie et sociologie de la filière capture et stockage géologique de CO2

Rapport d’évaluation du projet SocioEcoCO2

publié le

1. Thème « Aspects socio-économiques et thèmes transverses »

Projet : SocEcoCO2

Rapporteur : Luc de Marliave

Titre : Economie et sociologie de la filière capture et stockage géologique du CO2

Avis des experts : A, B
Avis du rapporteur : B

Conclusions du Comité : Ce projet est l’unique proposition pour ce thème. Pour la partie relative à l’évaluation technique et économique, le comité souhaite une évaluation globale de la filière par rapport aux autres voies de réduction des émissions de CO2. La démarche concernant l’acceptabilité sociale est trop basée sur l’élaboration d’une stratégie de communication et pas suffisamment sur la recherche d’un dialogue, d’échanges et de contributions de toutes les parties prenantes. Les proposants sont des acteurs incontestés.

Le projet est classé C.

Le seul projet déposé se propose de répondre à une question extrêmement importante portant à la fois sur l’analyse technique et économique de la filière et sur l’acceptabilité sociale.

En dépit de l’importance extrême de cette thématique pour l’avenir de l’ensemble de la filière, tant les experts que le rapporteur ont noté dans la proposition quelques points de faiblesse.
Pour certains, il eut été souhaitable d’analyser la justification globale de la filière par rapport aux autres voies de réductions de CO2. Cependant, on sait que toutes les voies réalistes de réduction devront être envisagées, qu’aucune ne peut prétendre séparément résoudre le problème, et que donc, on ne peut parler de justification, mais d’évaluation des performances et de confiance auprès des différents acteurs de la société.

Par ailleurs, le projet fait apparaître un manque de recherche d’un dialogue avec les non techniciens. En conséquence, le comité d’évaluation préconise une réflexion complémentaire et donc une modification du projet considéré, ce qui impose de ne pas le soutenir dès l’année 2005 mais de susciter une réponse modifiée pour les appels à propositions ultérieurs.