Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Rubrique de services > Archive Equipe > Minh Ha Duong > RnDialogue - Construire ensemble un futur bas carbone

La Transition Énergétique en France. Une cartographie des enjeux et des controverses

Cycle de journées de dialogue CNRS

publié le

Trois journées de dialogue CNRS sont organisées par le CIRED pour clarifier les bases scientifiques des controverses autour de la transition énergétique, en cerner les enjeux, et débattre des problématiques pertinentes sur les conditions d’un futur de sobriété énergétique.

Peu de voix s’élèvent pour contester que la transition énergétique est une nouvelle ‘ardente obligation’ face aux alertes sur le changement climatique, le ‘pic’ du pétrole, l’accident de Fukushima et les tensions géopolitiques autour de l’accès aux ressources. Mais, derrière ce quasi consensus reste l’idée que devant l’urgence immédiate de l’emploi et du remboursement des dettes, il vaut mieux profiter de ‘l’aubaine’ des gaz de schistes, attendre d’en savoir plus sur les risques climatiques et faire que le nucléaire devienne une technologie intrinsèquement sûre.

La délibération publique est rendue difficile par la mise en scène médiatique de controverses scientifiques et éthiques dont la répétition en boucle paralyse la prise de décision. Le cycle de colloques vise à établir une cartographie des enjeux et controverses autour de la transition énergétique et de leur sous-bassement scientifique. Il part de des constats suivants :

- On ne peut tirer des connaissances actuelles sur les ressources d’énergie fossiles, le climat ou les technologies du futur, l’idée d’un retour durable à l’énergie abondante et bon marché de l’après 2e guerre mondiale ; les présomptions de risques sont suffisantes pour conclure qu’il faut agir.

- Les enjeux de justice sociale et d’emploi jouent un rôle central dans le réflexe qui conduit les gouvernements à reporter ou ralentir le rythme de la transition énergétique ; il s’agit en effet de ne pas faire peser des charges supplémentaires sur des ménages et des entreprises déjà fragilisés.

- Le futur combinera nécessairement changement de comportements de consommation et des technologies d’usages, procédés industriels économes en énergie et nouvelles articulations entre technologies centralisées et décentralisées.

Le cycle de trois journées de dialogue vise à faire le point des problématiques pertinentes sur les conditions d’un futur de sobriété énergétique combinant changement de comportements de consommation et des technologies d’usages, procédés industriels économes en énergie et nouvelles articulations entre technologies centralisées et décentralisées : les combustibles fossiles n’ont-ils pas encore paradoxalement un rôle à jouer pour construire un tel futur ? y a-t-il des éléments nouveaux qui conduisent à fonder un tel futur sur la base d’énergies non émettrices ? Qu’a-t-on appris depuis le premier choc pétrolier voici 40 ans sur les difficultés de mise en place de signaux forts pour réorienter les choix ? Sur la gestion des controverses ? Comment définir et mettre en oeuvre une démarche française propre dans la variété de démarches européennes marquées de l’empreinte de la culture de marché ? En quoi les choix des autres pays peuvent influencer voire gêner la poursuite de trajectoires spécifiques ? En quoi l’Europe peut faciliter la gestion des tensions qui en résultent ?

Retrouvez les présentations de la journée de dialogue "La transition énergétique face aux tensions du présent"