Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Rubrique de services > Archive Equipe > NADAÏ Alain

Eoliennes et paysage : la politique éolienne entre politique de l’environnement et politique du paysage

publié le , mis à jour le

Objectifs

La recherche s’intéresse à la politique de développement de l’énergie éolienne. Elle s’interroge au travers de ce cas sur la gestion de processus ouverts de mise en œuvre des politiques publiques.

L’analyse repose sur des études de cas conduites dans 3 pays européens : Allemagne, France, Portugal. L’Allemagne est un des pays qui a le plus développé cette énergie et vit actuellement un retournement de perception de cette énergie. La France a encore peu développé cette énergie et rencontre des difficultés de développement des implantations, notamment pour des questions de paysage. Le Portugal, très dépendant du pétrole acheté, s’est engagé (au niveau européen) sur des objectifs importants de développement : il est dans une situation similaire à la France du point de vue du développement éolien mais avec un niveau de richesse, des enjeux énergétiques et une culture du paysage différents.

Les enjeux de paysage sont communément assimilés à un effet externe de la politique éolienne. A la différence des usuelles externalités, le paysage fait l’objet d’un processus collectif de construction qui décide de son "signe" en tant qu’effet externe. Il peut être connoté positivement (vécu comme un « beau » paysage) ou non. La dimension de "projet" qui est au cœur de la construction des « paysages éoliens » nous conduit à approcher la politique de développement de l’énergie éolienne comme un dispositif collectif de création, de stabilisation et de jugement sur le paysage. Ceci ouvre une voie d’analyse sur la construction des "effets externes". Nous interrogeons ainsi les notions « d’effets externes » et d’ « internalisation », toutes deux fondatrices de l’approche économique des politiques environnementales.

La méthode relève de l’analyse de controverse développée en sociologie des sciences et techniques. Elle permettra, sur ces interfaces, la rencontre entre anthropologie et socio-économie.

Résultats attendus

- Les études de cas permettront de comprendre les facteurs de succès et de blocage dans le développement éolien. Elles contribueront à la réflexion sur la gestion de ce développement.
- L’analyse aura une portée plus générale en matière de gestion des politiques publiques, notamment environnementales et de paysage, dès lors que celles-ci s’inscrivent dans une perspective de développement durable (par exemple, la prise en compte des effets environnementaux induits et la participation des acteurs).
- La réflexion empirique et théorique sur les catégories d’"effet externe" et d’internalisation, questionnera deux catégories fondatrices de l’analyse économique des politiques environnementales.

L’équipe de recherche

- Alain Nadaï, socio-économiste, Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement (CIRED, Nogent -sur-Marne, France)
- Prof. Dr. Dorle Dracklé, University of Bremen, Dept of Cultural Research
- Dr. phil Werner Krauss, University of Hamburg, Dept of Social Anthropology
- Pr. Docteur Ana Isabel Afonso, Departamento de Antropologia, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas, Universidade Nova de Lisboa.

Financement


Co-financement du Ministère Français de l’Ecologie et du Développement Durable (MEDD) et du Conseil Français de l’Energie.