Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Actualités

Ecole d’été sur la pauvreté multidimensionnelle

par Arancha Sánchez - publié le


Compte-rendu de la participation d’Audrey Berry, doctorante au CIRED, à l’Ecole d’été d’OPHI


L’école d’été d’OPHI, qui s’est tenue à Marrakech début juillet 2017, est consacrée à la mesure et à l’analyse de la pauvreté multidimensionnelle. Au cours de ces deux semaines, les chercheurs d’OPHI nous ont enseigné les techniques quantitatives les plus récentes pour mesurer, comparer et analyser la pauvreté sous toutes ses formes, en s’appuyant sur l’approche des capabilités formulées par Amartya Sen. Cet événement a rassemblé plus de 80 participants originaires de 35 pays.


Sabina Alkire, directrice d’OPHI, nous a notamment présenté l’Indicateur de Pauvreté Multidimensionnelle (IPM) qui en est l’exemple le plus répandu. Cet index - qui analyse la santé, l’éducation et les conditions de vie des ménages - a été évalué dans plus de 105 pays depuis 2010 et permet le suivi des progrès vers les Objectifs de Développement Durable de l’ONU. Les nombreux atouts de cet index ont été mis en avant au cours des deux semaines de formation. Il permet notamment de mesurer l’étendue et l’intensité de la pauvreté, de suivre le phénomène dans chaque dimension, ainsi que de cibler les populations les plus profondément touchées par la pauvreté - ce qui constitue une avancée majeure par rapport à un index comme l’IDH, qui analyse les mêmes dimensions mais n’a pas ces propriétés. Les intervenants ont également souligné l’importance de développer des indicateurs multidimensionnels nationaux complémentaires, permettant de suivre des objectifs spécifiques à la situation de chaque pays.


En parallèle, des sessions de travail de groupe étaient organisées. Ce travail collaboratif et progressif nous a permis de mettre en œuvre la méthodologie et de nous confronter aux données pour aboutir à un indicateur multidimensionnel - avec cinq collègues statisticiens du Niger, du Gabon et du Maroc, nous avons par exemple mesuré la pauvreté multidimensionnelle des femmes en République Centrafricaine ce qui a suscité d’instructifs débats tant méthodologiques que culturels. Enfin, ces deux semaines n’auraient pas été les mêmes sans ses moments de convivialité et de partage, avec des diners organisés dans la médina, la visite de Marrakech ou encore une escapade dans les cascades de la Vallée de l’Ourika.


Il ressort de cette expérience que les approches multidimensionnelles sont un domaine en plein essor, avec un nombre croissant d’applications pour les politiques sociales (dont en Europe avec la Stratégie Europe 2020). Elles permettent en particulier d’élargir notre connaissance des questions de pauvreté dans une perspective plus globale d’équité. Ces deux semaines furent l’occasion d’approfondir mes connaissances sur ces méthodes grâce à un enseignement d’excellente qualité, à la fois concret et précis, ce qui sera très utile pour nourrir mes travaux sur les enjeux de la précarité énergétique en France. Les indicateurs actuels de précarité énergétique fournissent des informations certes vitales, mais incomplètes pour redresser la précarité énergétique dans toutes ses formes (Berry et al., 2016). La méthode de double seuil développée par Alkire et Foster (2011) offre de nouvelles possibilités pour mesurer la précarité énergétique multidimensionnelle et suivre les progrès de la transition écologique (travaux en cours). Le développement d’un tel indicateur permettrait notamment de tenir compte des différentes dimensions qui constituent la précarité énergétique, en particulier la diversité des besoins énergétiques, les comportements de restriction et l’inégale capacité d’adaptation des ménages - ce qui est particulièrement utile dans le contexte actuel de lutte contre le changement climatique et de réduction des consommations d’énergie. Je remercie tout particulièrement la Chaire MDPP de m’avoir permis de participer à cette expérience enrichissante tant sur le plan intellectuel que sur le plan humain.

Lien vers l’école d’été d’OPHI 2017
Lien vers l’OPHI