Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Recherches > Aires géographiques étudiées > Amériques

Amériques

publié le , mis à jour le

Brésil


Depuis de nombreuses années, le CIRED travaille en collaboration avec la COPPE de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (COPPE – UFRJ) pour développer des scénarios à l’interface entre stratégies d’atténuation des changements climatiques et stratégies de développement socio-économique au Brésil. Depuis 2010, les travaux sont en particulier basés sur le développement d’un outil de modélisation intégrée de la famille IMACLIM, spécialement adapté au contexte énergie-économie brésilien.


Le modèle IMACLIM-BR permet d’explorer différentes questions à l’interface decarbonation – développement. Parmi celles-ci, un premier axe s’intéresse aux modalités d’une possible réforme fiscale carbone à moyen terme (2030) et son implication pour mener à bien plusieurs objectifs simultanés de politique publique (décarbonation, croissance, emploi, équité, etc). Un deuxième axe explore l’articulation entre le développement de la ressource pétrolière (pétrole « pré-salt ») et la politique climatique domestique. Enfin, le modèle IMACLIM-BR a été récemment mobilisé pour produire des scénarios bas-carbone brésiliens dans le cadre de projets nationaux et internationaux. Le projet IES-Brasil a conduit des scenarios de mitigation participatifs sous tutelle du Forum Brésilien des Changements Climatiques (FBMC) en prévision de la COP21. IMACLIM-BR a aussi récemment contribué à la construction du scénario brésilien du Deep Decarbonization Pathways Project (DDPP).


Equipe : Julien Lefèvre, Carolina Grottera (doctorante)


Etats-Unis


Un modèle dynamique d’équilibre général de l’économie spatiale (General Equilibrium Model of the Spatial Economy - GEMSE) est appliqué aux USA. GEMSE a pour but de quantifier les interactions liant les échelles agrégée et locale de l’activité économique, celles-ci impliquant la migrations des populations et des entreprises, le logement, le transport, l’énergie utilisée par les transports et les émissions correspondantes de gaz à effet de serre. Il consiste en un modèle spatiale fondé sur l’économie urbaine (Alonso, 1964 ; Mills, 1967 ; Muth, 1969) et la Nouvelle Economie géographique (Krugman, 1991) dont les déterminants économiques à chacune de ces deux échelles spatiales sous-tendent récursivement la désagrégation de tendances macroéconomique exogènes ; prix de l’énergie, progrès technologique, les investissement nationaux en capital, la productivité nationale du travail, le produit intérieur brut et le taux de chômage national. Cf le site toujours en cours d’amélioration : http://gemse.alwaysdata.net/usa


Equipe : Laurent Faucheux (doctorant)



Pérou / Costa Rica


Le Pérou et le Costa Rica sont deux sites où le Cired conduit une évaluation des services écosystémiques (ES) à l’échelle du bassin versant. Bien que présentant d’importantes différences climatiques, ces deux sites se caractérisent par une grande diversité des usages du sol (mosaïques agro-forestières) et un fort gradient d’altitude (zones de montagnes) produisant ainsi divers SE de façon hétérogène sur le territoire.
Au Costa Rica, la récente augmentation du couvert forestier en fait un site particulièrement intéressant pour analyser les dynamiques de bouquets de SE au cours du temps ainsi que leurs moteurs socio-économiques/politiques. Plusieurs méthodes de quantification des interactions entre SE ont également été testées au Costa Rica (corrélation spatiale, co-variation temporelle, frontières de possibilité de production) afin de comparer leur intérêt pour l’aide à la décision.


Au Pérou, la mise en place d’un partenariat scientifique avec différentes institutions locales (CIFOR-Lima, HELVETAS Swiss Intercooperation, la commission environnementale régionale et l’ONG CEDES) permet d’approfondir la dimension sociale des SE, notamment afin de décrire les asymétries de pouvoirs entre bénéficiaires et les interactions entre société et écosystèmes. L’approche participative mise en place repose sur l’organisation régulière d’atelier et d’entretiens avec les acteurs locaux.


Equipe : Harold Levrel, Améline Vallet (PhD student)