Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > IMACLIM

IMACLIM

Présentation


La prospective de long terme et l’évaluation des politiques de développement durable exigent des modèles capables d’intégrer le savoir des économistes, des ingénieurs, des climatologues, des biologistes et d’autres acteurs (politiques, industriels, associations). Pour répondre à ce défi scientifique à l’interface des questions de développement et d’environnement, en particulier pour l’évaluation des politiques climatiques et énergétiques, le CIRED développe l’architecture de modélisation « IMACLIM ». Celle-ci repose sur une modélisation « hybride » qui intègre une approche macroéconomique et des visions « d’ingénieur » au niveau sectoriel. Elle se décline actuellement en une version de projection statique IMACLIM-S (Ghersi et Hourcade, 2006) et une version dynamique récursive IMACLIM-R (Crassous et al, 2006 ; Sassi et al, 2010).


IMACLIM-S projette un cliché de l’économie d’un pays ou d’une région à un horizon donné (par exemple 2030), tout en tenant compte des contraintes liées d’une part à l’équilibre macroéconomique et d’autre part à l’éventail des possibilités techniques. Il permet d’évaluer en particulier les impacts macroéconomiques d’une contrainte carbone (taxes, quotas) selon diverses modalités d’application (recyclage des recettes, réforme fiscale verte). Les travaux récents se sont particulièrement focalisés sur la France, mais d’autres versions sont en cours de développement (Brazil et multi-régional)


IMACLIM-R projette l’économie comme une succession d’équilibres statiques annuels dont l’évolution est guidée par les dynamiques de croissance démographique, d’accumulation du capital et de changement technique. Il connecte au modèle input-output de la version statique 12 modules sectoriels détaillés (électricité, transport, énergies fossiles, résidentiel) appliqués dans 12 régions. Imaclim-R est utilisé pour réaliser des scénarios de long terme d’évolution des systèmes énergétiques et l’évaluation des politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre.


Dans le cadre de son développement actuel, des modèles stylisés ou nexus représentant la localisation des activités/formes urbaines (projet SEEC), la compétition autour des usages des sols, la consommation énergétique des bâtiments sont en cours d’intégration dans IMACLIM-R. L’enjeu est de représenter plus précisément les drivers du changement structurel pour mieux évaluer les politiques développées dans le cadre de scénarios de transition vers une société bas carbone.