Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Annonces

Offre de poste

publié le

Fiche de poste



Ingénieur dans les domaines de l’énergie, du climat ou de l’environnement /
Economiste dans les domaines de l’énergie, du climat ou de l’environnement



Lieu : CIRED, Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement, campus du jardin tropical 45 bis avenue de la belle Gabrielle, Nogent-sur-Marne


Prise de fonction : dès que possible


Type de contrat : CDD de 12 à 18 mois


Descriptif


Le Groupe Interdisciplinaire sur les Contributions Nationales (GICN) a été créé pendant la préparation de la COP21, pour apporter aux négociateurs français l’expertise d’une partie de la communauté académique nationale. Comme son nom l’indique, le travail du groupe (une quinzaine de personnes) a été essentiellement focalisé sur l’évaluation des Intentions de Contributions Nationales, en termes de réductions des émissions de gaz à effet de serre, mais il n’a pas limité son travail d’expertise à ce seul sujet. L’Accord de Paris clôt un cycle de travail, mais la perspective du rendez-vous de 2018, où les contributions des Etats seront à nouveau débattues puis révisées, ouvre au contraire de nouveaux enjeux en termes d’analyse, et un second cycle de travail du groupe va démarrer.


Les actions envisagées à échéance de 1 ou 2 ans s’inscrivent dans la perspective des rendez-vous de fin 2018, pour les négociations et pour le GIEC. L’année 2018 devrait en effet être une année clé de la négociation climatique, avec un bilan, le « Global Stocktake », suivi d’une possible renégociation des contributions des Etats. Le paysage international de recherche sur le climat va être dominé d’ici 2018 par l’écriture d’un rapport du GIEC demandé par la CCNUCC, et préconisé par l’Accord de Paris. Il a pour but d’évaluer les trajectoires possibles pour rester sous 1,5°C de réchauffement, mais conduira certainement à évaluer plus largement des scénarios climatiques couvrant au moins l’intervalle de réchauffement allant de +1,5 à +3°C. Dans cette double perspective, les travaux du groupe porteront sur les points suivants :

  • Le suivi des débuts de mise en œuvre des politiques et mesures liées aux INDC, avec des focus sur quelques grands pays ;
  • Le suivi des émissions (par exemple, pic chinois, ralentissement mondial), et de la question de leur mesure dans un contexte multi-factoriel ;
  • Une veille sur les analyses publiées sur les INDC et leur lien avec les trajectoires de long-terme en lien avec le puits de carbone continental et océanique ;
  • La production d’analyses ciblées sur des questions telles que le changement structurel induit (ou non) par les INDC, ou les conditions d’une action renforcée ;
  • Des études ciblées sur des questions clés pour les trajectoires 2°C ou 1.5°C, en particulier les « émissions négatives », et les polluants à courte durée de vie.


Ces travaux pourront être orientés en fonction des questions posées par les équipes impliquées dans les négociations.


Dans le cadre de ce groupe, vous assisterez ses coordinateurs (Hervé Le Treut, Céline Guivarch et Olivier Boucher) pour l’organisation des travaux du groupe, l’animation scientifique (lien avec des chercheurs de différents instituts, CNRS, CEA, Météo-France, Ecole des Ponts…, de disciplines allant des sciences du climat aux sciences humaines et sociales), le lien avec les équipes de négociation (équipes du MEEM et du MAE, ADEME, France Stratégie, …) et l’organisation des séminaires de travail prévus. Vous contribuerez également à la définition et à la conduite de certaines des études du groupe, selon les sujets. Les sujets-clés identifiés de 6 mois en 6 mois pourront être explorés par des groupes de travail dédiés constituant les cellules de base pour le travail à effectuer, avec l’organisation d’un séminaire transversal annuel ouvert à d’autres partenaires, notamment des chercheurs étrangers, à l’image du séminaire de novembre 2015 sur les INDCs (Intended Nationally-Determined Contributions).


Des déplacements fréquents en Ile-de-France sont à prévoir.



Profil recherché


Formation de type Bac+5 universitaire ou école d’ingénieur, ou doctorat.
Une expérience sur l’étude du système climatique, du cycle du carbone et/ou des politiques énergétiques et climatiques est nécessaire. Le poste requiert une forte capacité d’analyse et de synthèse.


Une très bonne maîtrise de l’outil informatique est indispensable. Des connaissances en modélisation et/ou en programmation seront des atouts.


Ce poste requiert la maîtrise de la langue française indispensable et une bonne maîtrise de la langue anglaise.


Il nécessite un important travail d’équipe et la capacité à travailler en réseau à l’interface entre scientifiques et les équipes des ministères en charge des négociations climat.


Contacts : Olivier Boucher (olivier.boucher@lmd.jussieu.fr) et Céline Guivarch (guivarch@centre-cired.fr)


Pour candidater, envoyer CV et lettre de motivation aux adresses ci-dessus.


Télécharger la fiche de poste