Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Actualités

24/03/2015 : Séminaire exceptionnel du Cired avec Olivier Godard

publié le , mis à jour le

Olivier Godard (Ecole polytechnique) présentera demain ses travaux sur "La politique climatique entre choix nationaux et scénarios mondiaux : implications des positionnements cognitifs et éthiques".
- Le séminaire se tiendra de 11h à 12h et aura exceptionnellement lieu dans l’amphithéâtre.

Résumé

Olivier Godard : "La politique climatique entre choix nationaux et scénarios mondiaux : implications des positionnements cognitifs et éthiques"
Cet article analyse la manière dont des stratégies nationales de lutte contre l’effet de serre peuvent se déterminer en fonction de combinaisons de positionnements cognitifs et normatifs des États nationaux au regard de scénarios climatiques mondiaux. Sont distingués les approches cognitives de type « prédictif », « thomiste » et « symétrique », et les positionnements normatifs désignés comme « nation-centrique et présentiste », « nation-centrique et dynastique », « cosmopolite présentiste », « altruiste cosmopolite intra et intergénérationnel » et « universaliste ‘kanto-millien’ ». Ces configurations sont évaluées dans un cadre coûts-avantages classique sur la période 2011- 2050. Les indicateurs utilisés sont la valeur actuelle 2010 du dommage entraîné par l’émission d’une tonne de CO2 et le niveau du taux d’actualisation. L’objectif principal de l’article est de déterminer quelles configurations justifient la cible du « Facteur 4 » en 2050 pour des États de petite et moyenne taille. Deux y parviennent : « l’altruisme cosmopolite intra et intergénérationnel de type prédictif » et l’« universalisme ‘kanto-millien’ », à la condition de reconnaître une valeur actuelle 2010 d’au moins 53 € / tCO2, et un taux d’actualisation ne dépassant pas 3,25 %. Ces valeurs représentent des conditions logiques à respecter pour les choix dérivés concernant la meilleure trajectoire intertemporelle de réduction des émissions menant au « Facteur 4 ». Or en considérant l’incidence de la date d’émission sur le dommage climatique, « l’altruisme prédictif » conduit à des recommandations opposées à celles de l’« universalisme kanto-millien » pour la répartition intertemporelle de l’effort.