Centre International de Recherche

sur l’Environnement et le Développement


Nos tutelles

CNRS Ecole des Ponts CIRAD EHESS AgroParisTech

Nos partenaires

R2DS MPDD FUTURS URBAINS LCS-R Net

Rechercher




Accueil > Actualités

18/06/2015 : Soutenance de thèse de Marie-Laure Nauleau

publié le , mis à jour le

Marie-Laure Nauleau soutiendra sa thèse de doctorat en sciences économiques intitulée : « L’efficacité énergétique dans le secteur résidentiel français : analyse
des déterminants d’investissement et des politiques publiques », sous la direction de Philippe Quirion.

Elle se déroula le jeudi 18 juin, à partir de 14h30, dans l’amphithéâtre
du Cired (au 1er étage du bâtiment).

Résumé de la thèse

Le poids du secteur résidentiel dans la consommation énergétique des
ménages fait de la rénovation énergétique des logements un enjeu important
dans la lutte contre le changement climatique. L’ensemble des barrières
auxquelles font face les ménages pour investir dans l’efficacité
énergétique de leurs logements invite à mieux comprendre les déterminants
d’investissement et l’efficience de l’intervention publique.
Une première partie de la thèse porte sur l’analyse des déterminants de
l’investissement des ménages dans l’efficacité énergétique dans leurs
logements. Un modèle de choix d’investissement estimé sur les données de
l’enquête annuelle « Maitrise de l’énergie » de l’Ademe met notamment en
lumière l’hétérogénéité des déterminants suivant le type d’investissement.

Une seconde partie de la thèse porte sur l’évaluation de l’efficacité des
politiques publiques qui visent à promouvoir cet investissement, en
analysant leur impact à la fois sur la demande et sur l’offre du marché.
Du côté de la demande, la thèse recourt à l’évaluation économétrique
ex-post, en étudiant spécifiquement l’efficacité du Crédit d’Impôt
Développement Durable mis en place depuis 2005, et à un modèle de
simulation permettant d’évaluer différents instruments de manière
prospective, tout en confrontant ces deux méthodologies complémentaires.
Du côté de l’offre, constatant la structure non concurrentielle des
marchés de l’efficacité énergétique, la thèse s’interroge de manière
théorique sur les interactions entre les structures de marché de l’offre
et l’efficacité des politiques publiques.